Le matériel

Outils anciens 1

Mais que peut-on bien avoir dans son atelier de réparateur ?

A moins d'avoir hérité d'un atelier clé-sur-porte, il faut procéder de façon progressive.

Cela ne sert à rien de vous équiper demain, genre : "J'achète tout ce qui se trouve sur ce site, vite, vite, vite parce que chez Rosabel, c'est comme ça".

Non, sauf si vous avez des moyens illimités mais ce n'est pas comme ça que l'on fait. La question à se poser en commençant, c'est : "Que vais-je réparer cette semaine ?" ou "Par quoi suis-je réellement passionné ?". La réponse est certainement dans la liste des matériaux que je vous énumère sur cette page à titre informatif. Mais ça c'est mon atelier et chez une autre personne il sera très certainement bien différent. Achetez de façon prudente, quelques outils et consommables à la fois, nettoyez, rebouchez et conservez pour l'avenir.

 

Désincrustants, nettoyants, décapants.

Decapant

Pour bien réparer, il faut bien nettoyer. C'est vraiment la règle n°1 de toute bonne réparation ou restauration.

On commence par enlever les anciennes colles, vieux mastics, rouille, peintures écaillées, etc. Le but du jeu étant de remettre la pièce ou les morceaux à nu.

Pour ce faire, utilisez de la vapeur, de l'eau bouillante, de l'eau de Javel, du vinaigre, de l'essence de thérébentine, de l'acétone, du décapant, du papier de verre, des scalpels, un appareil électroportatif, une ponceuse, absolument tout ce qui pourra dénuder votre pièce.

Attention, de ne jamais mélanger de produits entre eux, même le vinaigre de réputation anodine ne se mélange pas. Dans le cas, par exemple, d'un vieux pot de fleurs qui a passé sa vie dehors, on commence par le détartrer à l'aide du vinaigre, on rince abondamment, on sèche. Ensuite on désincruste les salissures du temps à l'eau de Javel (si la matière le permet), on rince abondamment, on sèche. Vous voyez que l'on ne mélange pas l'eau de Javel et le vinaigre, même fenêtres ouvertes, c'est extrèmement nocif pour la santé. De même, interdiction de chauffer de l'essence de thérébentine ou de l'acétone, hautement inflammables et d'une manière générale, lisez les étiquettes des emballages pour plus de sécurité.

Revenons-en au nettoyage, si vous souhaitez revernir toute une pièce, un petit meuble par exemple, poncez l'entièreté. Dans le cas contraire, ne "débordez" que très légèrement vos ponçages (surtout dans le cas d'une faïence très ancienne) afin de conserver un maximum de peinture d'origine. Pareil, pour une pièce en cuir, un tableau ou son cadre, une plaque émaillée, un bijou, etc... 

Les colles.

Colles

Colle à bois, colle papier, colle pour le cuir, cyano, chaque matière mérite de recevoir la colle appropriée, celle qui unira deux parties de façon la plus durable possible. Ce serait un comble de réparer une réparation que l'on a effectué il y a quelques mois.

Choisissez une bonne marque, ne prenez pas la colle cyanocrylate en trop gros conditionnement car elle est difficile à conserver une fois ouverte, ne misez pas sur le pistolet à colle chaude, il ne vous servira que très peu pour la réparation à proprement parlé.

Réfléchissez toujours avant d'acheter : colle express, colle P.U., colle extérieure, colle naturelle, le matériau définit le choix de la colle mais son utilisation également.

Sachez que si la colle cyanocrylate est un choix judicieux pour la porcelaine et autres faïences, il ne sera dès lors plus possible de s'en servir pour boire ou manger.

Les produits de comblement et la pâte à emprunte.

Produits de comblement2

Comme leur nom l'indique, les produits de comblement servent à recréer une partie manquante sur la pièce.

Il peut s'agir de pâte ou d'un morceau de bois, de porcelaine de synthèse, de tissu, de fibre de verre, de mastic, de résine ou tout produit qui ressemblera au mieux à votre pièce malade, mise à nu.

Si vous vous y entendez en imprimante 3D, il est parfois ingénieux d'imprimer en PLA (qui imite pas mal de matières comme le bois, le métal, etc). J'en parlerai ultérieurement.

Quant à la pâte à emprunte, souvent utile pour une anse ou un coin de cadre, le plus facile est de se procurer de la pâte silicone vendue par exemple chez Rougier et Plé en deux parties (A et B) à assembler en part égale et en quantité nécessaire juste avant la prise d'emprunte. Peut-être avez-vous déjà reçu des soins de réparation d'une dent chez le dentiste, c'est exactement le même procédé sauf que notre produit n'est pas de qualité médicale.

Inutile de dire que s'il ne manque rien sur la pièce à restaurer, on n'en a pas besoin.

Les peintures et vernis.

Pigments

Comme pour les colles, on les choisit en fonction du matériel à réparer et de sa future utilisation.

Il y a des centaines de peintures différentes, sans compter les vernis. Malgré cela, il est tout à fait improbable de revenir de chez Casto avec l'exacte réplique du coloris qui revêt le bibelot déniché la semaine passée sur une brocante. Alors, que faire ? La solution est simple, il faut faire ses propres teintes.

D'un coup, nous venons de réduire considérablement la centaine de possibilités en quelques options possibles : du blanc, du vernis et des pigments, avec pour seule variation la qualité adaptée au support. Je travaille avec des peintures polyuréthanes (avec un masque à gaz et cabine de peinture) avec les restaurations de faïence ou plaque émmaillée, pour le reste, je fais en sorte de les choisir le moins toxique possible pour la santé.

L'aérographe et le compresseur.

Aerographe

Hé non, vous n'y échapperez pas, un jour où l'autre, il faudra investir dans ce pinceau maudit qui ne fait absolument jamais comme on le voudrait !

Et pourtant, je vous assure que c'est un outil absolument génial car capable des prouesses les plus périlleuses, c'est incroyable ce que l'on peut imiter avec cette petite chose.

On en trouve maintenant à des prix raisonnables qui font le travail, c'est à dire, pulvériser finement de la peinture et/ou du vernis.

La prise en main est assez simple et se travaille en quelques jours, peut-être quelques semaines pour ceux qui ont moins de temps, mais tout le monde peut y arriver.

N'oubliez pas d'investir dans un masque de bonne qualité qui vous protégera des émanations de peintures, votre santé passe avant les objets, fussent-ils d'une inestimable valeur.

Le compresseur, alors là, il faut que je vous parle d'une anecdote amusante qui vous fera peut-être accepter l'achat conséquent du compresseur... Il y a vingt ans, quand j'ai commencé à restaurer les faïences et porcelaines, je n'avais encore que de petits moyens et je m'étais achetée un compresseur à moindre coût dans une grande surface de bricolage. Le problème, (la restauration étant une activité très calme) c'est qu'à chaque mise en route du bonhomme, je sursautais tellement que je renversais le contenu du récipient de l'aérographe à terre. Quand on sait qu'il faut parfois une journée complète (en restauration de faïence) pour trouver la teinte parfaite, ça finit par user les nerfs. Je n'ai plus eu d'autres possibilités que d'acheter un compresseur silencieux en magasin de beaux-arts. A l'époque, cela coûtait très cher et à l'heure actuelle, c'est toujours le cas. Cependant après vingt ans, il est toujours en activité. 

Pinceaux et autres accessoires.

Pinceaux3

Des grands, des petits, des gros, il va falloir posséder celui qu'il faut quand il le faut. Cela peut aller du petit gris pur, taille n° 2 au pinceau à radiateur taille n°4 en passant par un tampon en laine. Encore une fois, tout va dépendre du travail à faire.

Lavez-les toujours 2 fois, une première fois avec le produit diluant adapté à votre peinture, et ensuite au savon. Secouez-les fortement têtes en bas pour éliminer le plus gros de l'eau de rinçage de la partie métallique, et séchez-les au moyen d'un papier ou d'un linge absorbant. Profitez-en pour resserrer les poils. De cette manière, vous irez des années avec vos pinceaux et vous ferez des économies en évitant l'achat systématique de nouveaux pinceaux. Et puis, on a toujours un pinceau préféré, allez savoir pourquoi, un pinceau qui "va mieux", surtout choyez-le !

La table.

Table d atelier

Que ce soit dans la salle à manger ou dans votre pièce à vous, la table mérite d'être suffisamment spacieuse afin de pouvoir y déposer la pièce elle-même ainsi que les fournitures dont vous avez besoin pour le travail que vous êtes en train de réaliser. Cela vous évitera de renverser un produit accidentellement. Vous avez intérêt à la protéger efficacement si vous y tenez à l'aide de vieux cartons par exemple. Une table en bois est très agréable (une certaine souplesse, une certaine chaleur), d'un autre côté, c'est dans ce matériau que la plupart des tables sont fabriquées et c'est probablement sur cette matière que vous vous installerez... je ne peux que m'en réjouir pour vous.

Autres.

Produits divers

En plus du matériel que vous aurez sélectionné, voici quelques petites choses qui vous serviront comme :

Une poubelle (malheureusement, elle ne sera pas très écolo, ce qui ne vous empêche pas de séparer immédiatement les cartons ou les plastiques autorisés au tri de votre commune).

Un aspirateur.

Des lunettes, des loupes ou des lunettes-loupes, selon votre degré de visibilité et des lunettes de protection.

Des cotons-tiges, des cure-dents.

En outre, il vous faudra de nombreux petits outils comme des mini spatules ou des petits récipients en plastique ET en verre.

Il est parfois bien utile de recourir à la fantaisie pour dénicher certains outils définis adéquats juste le temps de la réparation. Prenons pour exemple, je ne sais pas moi, une pincée de poussière pour un rendu illusioniste parfait ou une pince à linge pour tenir un support momentané.

Des outils plus communs comme scie-sauteuse, ponceuse, marteau, pince, tenaille, etc...